All posts by Stefan MacDonald-Labelle

A critique of Gender Identity Disorder and its application

Authors: Stefan MACDONALD-LABELLE

Abstract

For some, Gender Identity Disorder (GID) becomes the only way to achieve sex reassignment surgery (SRS). It will be shown that GID acts as a problematic regulatory mechanism based on its application.

It will be argued that GID normalizes a dichotomous view of gender. In this way, GID’s implicit applications allow the mental health professional to assert their views of what proper gendered behavior is, further normalizing a binary view of gender.

Insurance companies require a GID diagnosis in order to provide economic assistance to those wishing to undergo sex reassignment surgery. Those who cannot afford to transition must fall under GID’s gaze in order to achieve SRS. This will be shown to be unacceptable and a way in which GID operates as a regulatory mechanism.

Appealing to a GID diagnosis can further stigmatize the individual who wishes to transition due to the necessitation of distress as an explicit mechanism of diagnosis. Having to fall under GID may internalize the negative aspects of the diagnosis.

A criticism of GID as a form of psychopathology will be given and also be linked to the idea of GID as a regulatory apparatus. It will be shown that there should be no link between ethical discomfort and GID-free sex reassignment surgery. Also, it will be shown that psychopathology has normalizing capabilities that further entrench gender binaries.

It is important to consider the removal of GID from the DSM, but, as a condition, still offer funding for sex reassignment surgery without having to appeal to a mental health professional’s assessment.

Continue reading A critique of Gender Identity Disorder and its application

A critique of Gender Identity Disorder and its application

Auteur : Stefan MACDONALD-LABELLE
Article en anglais.

Résumé

Pour certains, avoir un trouble de l’identité sexuelle (TIS) devient la seule manière d’obtenir une inversion sexuelle chirurgicale (ISC). L’auteur va démontrer que, en fonction de son application, le TIS agit comme un mécanisme de régulation problématique.

L’auteur expliquera que les TIS normalisent une vision dichotomique de la notion de genre. C’est ainsi que les applications implicites du TIS permettent aux professionnels de la santé de consolider leur opinion relative à ce qu’est un comportement approprié en fonction du genre, ce qui normalise encore davantage la vision binaire de la notion de genre.

Les compagnies d’assurance exigent un diagnostic de TIS pour fournir une aide économique à ceux qui souhaitent obtenir une inversion sexuelle chirurgicale (ISC). Ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir une inversion doivent correspondre à un profil de TIS pour pouvoir obtenir une ISC. L’auteur va démontrer que c’est inacceptable, et que cela fait fonctionner le TIS comme un mécanisme de régulation.

Faire appel à un diagnostic de TIS risque de stigmatiser encore davantage le sujet qui souhaite avoir une inversion, car il doit avoir recours à la détresse comme mécanisme explicite de diagnostic. Le fait de devoir obtenir un diagnostic de TIS peut mener à l’intériorisation les côtés négatifs du diagnostic.

L’auteur fera une critique du TIS comme forme de psychopathologie, et le reliera à l’idée de TIS à titre d’appareil de régulation. L’auteur démontrera qu’il ne devrait pas y avoir de lien entre l’inconfort éthique et une inversion sexuelle chirurgicale exempte de tout TIS. Il montrera aussi que cette psychopathologie a des capacités normalisatrices qui enracinent encore davantage la dichotomie entre les genres.

Il est important d’envisager de supprimer la TIS du DSM, à condition toutefois de toujours offrir au sujet un soutien financier pour son inversion sexuelle chirurgicale sans qu’il ait besoin d’avoir recours à l’évaluation d’un professionnel de la santé mentale.

Continue reading A critique of Gender Identity Disorder and its application