Archives de catégorie : RISS 2 (2)

RISS volume 2, numéro 2

The Disability Experience: Living with a Birth Defect Resulting from Thalidomide Exposure

Auteurs: Émilie M. MEYERS & Jeffrey W. JUTAI
Article en anglais.

Résumé

La Thalidomide est un exemple classique du potentiel  que la médecine a de nous nuire. En effet, la diffusion de masse de ce médicament à la fin des années 1950 a causé la naissance de  huit à dix mille enfants présentant un handicap congénital. Cette tragédie affecte encore aujourd’hui la vie d’environ 125 personnes au Canada. Comment  ces personnes vivent-elles, et quel a été l’impact global de leur handicap? L’article décrit l’expérience de vie d’une femme née avec une phocomélie des membres supérieurs causée par la Thalidomide. L’auteur a effectué une entrevue directe non structurée d’une heure avec cette femme, et elle lui a permis d’utiliser l’enregistrement pour pouvoir analyser les données plus en détails. Il y a découvert six thèmes principaux indiquant qu’un handicap physique causé par la Thalidomide peut n’avoir qu’un impact minimal sur la qualité de vie globale du sujet, à condition que celui-ci bénéficie d’un soutien adéquat et ait une image positive de lui. Le contenu de l’entrevue indique que vivre avec un handicap constitue une expérience unique pouvant avoir des conséquences positives. À la fin de cet article, l’auteur conclut qu’il est nécessaire de mener davantage de recherches approfondies afin de mieux faire valoir le point de vue des personnes handicapées.

Continuer la lecture de The Disability Experience: Living with a Birth Defect Resulting from Thalidomide Exposure

Case Based Learning Teaching Methodology in Undergraduate Health Sciences Health Sciences Cased Based Learning Pilot Project

Auteurs: Kaitlyn BROWN, Mary COMMANDANT, Adi KARTOLO, Casey ROWED, Agatha STANEK, Heebah SULTAN, Kabir TOOR, & Victoria WININGER
Article en anglais.

Résumé

L’apprentissage par cas (APC) est une méthode d’enseignement interactive faisant intervenir de petits groupes de discussion afin de déterminer un éventail de solutions à un cas clinique donné. Vu la réussite de cette approche dans de nombreux programmes professionnels et de premier cycle, des étudiants seniors en sciences de la santé ont présenté, en 2009, un projet pilote dans lequel ils jouaient le rôle de facilitateurs de l’APC dans les cours de premier cycle de l’École interdisciplinaire des sciences de la santé (ÉISS) de l’Université d’Ottawa. En collaboration avec des professeurs de la faculté, ces facilitateurs ont élaboré des séances d’APC composées d’études de cas reflétant les objectifs de base des cours de sciences de la santé. Au total, 144 étudiants de premier cycle de trois cours de l’ÉISS ont participé à ces séances et ont été évalués en fonction du niveau de leur participation et de leurs réponses à un questionnaire composé de cinq questions évaluant leur maîtrise des notions abordées lors des séances d’APC. Ces étudiants ont également évalué le projet pilote. Sur une échelle de 1 à 5, les étudiants ont obtenu une note moyenne de 4,13 sur 5,00 (SD 1.48) au questionnaire. Dans leur évaluation du projet, les étudiants ont noté 3,82 sur 4 la valeur globale de l’apprentissage. Ils ont donc perçu ce programme comme ayant une certaine valeur d’apprentissage. Et les résultats du questionnaire ont confirmé que l’APC facilite l’application à des cas pratiques des connaissances théoriques acquises. Ces premières conclusions suggèrent que l’implantation de l’APC à l’ÉISS améliorerait l’expérience académique des étudiants. Des évaluations plus rigoureuses avant et après les séances, conduiraient à une amélioration des séances basées sur ce modèle.

Continuer la lecture de Case Based Learning Teaching Methodology in Undergraduate Health Sciences Health Sciences Cased Based Learning Pilot Project

A critique of Gender Identity Disorder and its application

Auteur : Stefan MACDONALD-LABELLE
Article en anglais.

Résumé

Pour certains, avoir un trouble de l’identité sexuelle (TIS) devient la seule manière d’obtenir une inversion sexuelle chirurgicale (ISC). L’auteur va démontrer que, en fonction de son application, le TIS agit comme un mécanisme de régulation problématique.

L’auteur expliquera que les TIS normalisent une vision dichotomique de la notion de genre. C’est ainsi que les applications implicites du TIS permettent aux professionnels de la santé de consolider leur opinion relative à ce qu’est un comportement approprié en fonction du genre, ce qui normalise encore davantage la vision binaire de la notion de genre.

Les compagnies d’assurance exigent un diagnostic de TIS pour fournir une aide économique à ceux qui souhaitent obtenir une inversion sexuelle chirurgicale (ISC). Ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir une inversion doivent correspondre à un profil de TIS pour pouvoir obtenir une ISC. L’auteur va démontrer que c’est inacceptable, et que cela fait fonctionner le TIS comme un mécanisme de régulation.

Faire appel à un diagnostic de TIS risque de stigmatiser encore davantage le sujet qui souhaite avoir une inversion, car il doit avoir recours à la détresse comme mécanisme explicite de diagnostic. Le fait de devoir obtenir un diagnostic de TIS peut mener à l’intériorisation les côtés négatifs du diagnostic.

L’auteur fera une critique du TIS comme forme de psychopathologie, et le reliera à l’idée de TIS à titre d’appareil de régulation. L’auteur démontrera qu’il ne devrait pas y avoir de lien entre l’inconfort éthique et une inversion sexuelle chirurgicale exempte de tout TIS. Il montrera aussi que cette psychopathologie a des capacités normalisatrices qui enracinent encore davantage la dichotomie entre les genres.

Il est important d’envisager de supprimer la TIS du DSM, à condition toutefois de toujours offrir au sujet un soutien financier pour son inversion sexuelle chirurgicale sans qu’il ait besoin d’avoir recours à l’évaluation d’un professionnel de la santé mentale.

Continuer la lecture de A critique of Gender Identity Disorder and its application

The over-prescription of Ritalin for suspected cases of ADHD

Auteurs : Jason Y. C. CHAN, Talisa A. DENNIS & Melissa A. MACLEOD
Article en anglais.

Résumé

Le méthylphénidate (Ritalin), qui est le traitement le plus souvent prescrit pour l’hyperactivité avec déficit de l’attention (HDA), a été de plus en plus prescrit au cours des dix dernières années. Vu l’absence actuelle de fondements biologiques du diagnostic de HDA, les médecins posent leur diagnostic en fonction de symptômes comportementaux, comme l’hyperactivité du sujet et son incapacité à fixer son attention. Étant donné que n’importe qui peut faire preuve de ces comportements à un moment de sa vie, le risque qu’on diagnostique trop souvent cette maladie augmente, ce qui peut provoquer de trop nombreuses ordonnances de Ritalin. La documentation relative à la HDA indique que les critères utilisés pour diagnostiquer cette maladie ont beaucoup changé depuis qu’elle a été identifiée pour la première fois, si bien que les experts ont des opinions diverses en ce qui concerne les facteurs pouvant être considérés comme des symptômes de ces troubles. De plus, de récentes recherches ont démontré que le Ritalin pouvait améliorer les facultés cognitives des gens bien portants tout autant que des sujets atteints de HDA. Les données indiquent que des gens sains cherchant à améliorer leurs facultés cognitives risquent d’abuser du Ritalin, et, d’ailleurs, on a signalé que des étudiants l’utilisaient pour améliorer leur rendement scolaire. De plus, la sur-prescription de Ritalin pose plusieurs questions éthiques. Les enfants étant le groupe pour lequel le HDA est le plus susceptible d’être diagnostiqué, les critiques se demandent s’il est approprié de prescrire un médicament pour une maladie à diagnostic comportemental qui, selon eux, risque de nuire à l’originalité et à la créativité des enfants, et donc d’entraver leur développement personnel. Même si d’autres thérapies comportementales existent pour cette maladie, elles ont tendance à être plus onéreuses et plus longues que la simple prescription d’un médicament, ce qui peut expliquer pourquoi le Ritalin demeure le traitement le plus fréquent. L’auteur conclut qu’il faut être prudent lorsqu’on prescrit des médicaments pour la HDA, et qu’il faudrait consacrer davantage de temps et de ressources à l’élaboration de critères de diagnostic plus cohérents, ainsi que d’autres traitements potentiels que les médicaments pour cette maladie. Continuer la lecture de The over-prescription of Ritalin for suspected cases of ADHD

Quelle est la part des régimes publics d’assurance-médicaments aux résultats de santé ? Une étude de cas multiples au Nouveau-Brunswick, en Ontario, et au Québec

Auteurs : Marika ALARY-VANASSE & Sanni YAYA

Résumé

Les régimes provinciaux et territoriaux d’assurance-médicaments au Canada varient considérablement quant aux critères d’admissibilité, et la plupart des assurances offertes sont assujetties à des plafonds, à un partage des coûts, ou à des exclusions. De fait, il existe une inégalité d’accès aux médicaments sur ordonnance pour les Canadiens, selon leur statut socio-économique et leur lieu de résidence. Ceci intervient dans un contexte où les effets du vieillissement de la population, le nombre croissant de personnes atteintes de maladies chroniques multiples, et les innovations réalisées dans le secteur des médicaments d’ordonnance ont entraîné une hausse de dépenses pour ces produits. La question soulevée par cette étude est la suivante : une province avec un meilleur régime d’assurance-médicaments dispose-t-elle d’une population en meilleure santé ?

Cette étude a donc comparé les protections offertes par les régimes publics d’assurance médicaments de trois provinces  (le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Québec) chez les 65 ans et plus. Les résultats de notre étude suggèrent que l’état de santé des aînés ne semble pas aller en s’améliorant. Il est donc impératif que des recherches additionnelles soient effectuées afin de déterminer l’impact véritable des régimes d’assurance-médicaments sur les résultats de santé. Cela permettrait de tailler des programmes sur mesure et des politiques et mieux ciblées afin de satisfaire plus adéquatement  les besoins des collectivités.

Continuer la lecture de Quelle est la part des régimes publics d’assurance-médicaments aux résultats de santé ? Une étude de cas multiples au Nouveau-Brunswick, en Ontario, et au Québec

Ride Forward – An evaluation of Cycling in Two Ottawa Neighborhoods

Auteurs : Michael BORGHESE, Melissa BROOKS, Steven EARL & Jennifer NADDAF
Article en anglais.

Résumé

Le cyclisme en plein air est une forme d’exercice à faible impact qui améliore le conditionnement physique cardio-vasculaire, la tonicité musculaire, l’amplitude des mouvements et la souplesse. Cette activité peut être bénéfique sur les plans physique et émotionnel, ainsi que de la santé mentale et du bien-être. Ces avantages de santé mentale et de mieux-être peuvent découler du réseautage social dont bénéficient ceux qui font partie d’une collectivité cycliste.

Ce projet a pour objet de formuler des recommandations visant à améliorer la situation actuelle et future du cyclisme au Centre communautaire de Sandy Hill, dans les bassins hydrologiques de Old Ottawa East et de Sandy Hill, deux communautés d’Ottawa, en Ontario, au Canada. L’auteur a effectué une évaluation préliminaire des besoins, et formulé des recommandations découlant des informations recueillies. Pour amorcer cette évaluation, il a fallu recueillir de nombreuses informations, et notamment les avis et les attitudes des membres de la communauté vis-à-vis du cyclisme.

Suite à une analyse approfondie d’autres programmes offerts et de groupes existant actuellement à Ottawa, ainsi que dans d’autres villes comme Montréal, au Québec (Canada) ou Portland, en Oregon (États-Unis), l’auteur a conclu que les meilleures villes offraient à leurs habitants un large éventail de services publics de cyclisme correspondant à divers types de vie. Les connaissances générales provenant de l’analyse des programmes des autres villes ont permis à l’auteur d’élaborer un sondage visant à identifier les besoins spécifiques d’Ottawa, et plus particulièrement de la population cible des bassins hydrologiques de Sandy Hill et de Old Ottawa East.

Ces données ont alors été synthétisées pour élaborer une liste de recommandations et formuler des solutions aux problèmes actuels. Parmi ces recommandations découlant des données recueillies lors de l’évaluation des besoins, on trouve l’élaboration de divers programmes communautaires, comme un centre de ressources cyclistes, un système de jumelage de cyclistes, des groupes cyclistes, de l’éducation sur la sécurité à vélo, et une initiative de partage de bicyclettes. Ces données ont également indiqué que l’entretien régulier des routes et des pistes cyclables constituait un besoin prioritaire.

Continuer la lecture de Ride Forward – An evaluation of Cycling in Two Ottawa Neighborhoods